Baie de l’Aiguillon

Réserve naturelle de la Baie de l’Aiguillon

Digue séparant les polders des vasières de la Baie de l'Aiguillon
Digue séparant les polders des vasières de la Baie de l’Aiguillon

Du Golfe des Pictons à la Baie de l’Aiguillon

La Baie de l’Aiguillon est un témoignage de l’assèchement du Golfe des Pictons de l’époque médiéval à 1965, accéléré par le dépôt de sédiments des différentes rivières s’y déversant.. Elle clôture l’isolation successive de près de 100 000 hectares par poldérisation, endiguement et autres aménagements hydrauliques à l’abri de la flèche sableuse de la Pointe de l’Aiguillon. L’anse est alors couronnée de polders agricoles.

La Réserve naturelle de Baie de l’Aiguillon aux limites de départements de la Vendée et de la Charente-Maritime.

S’étendant sur environ 7 km de diamètre, la Sèvre Niortaise s’y écoule au nord-est et ses eaux empruntent un chenal atteignant un kilomètre de largeur, dirigé au sud-ouest vers le Pertuis Breton face à l’Île de Ré.

Les communes riveraines sont L’Aiguillon sur Mer, Champagné les Marais, Puyravault, Saint-Michel-en-l’Herm, Triaize pour la Vendée, et Charron, Esnandes et Marsilly pour la Charente Maritime.

L’estran de la baie, très large, découvre une vasière de 5 km de large où s’élancent de nombreux bouchots à moules.

Baie de l'Aiguillon et ses vasières. © A. Lamoureux - Vendee Expansion
Baie de l’Aiguillon et ses vasières.

La Baie de l’Aiguillon s’organise autour de 4 grands types de paysages

  • Les vasières : paysage d’immensité avec ses prés salés (mizottes).
  • Les rives de la Sèvre Niortaise : entre eau douce et eau salé.
  • Les dunes : paysage peu commun en baie et limité à la Pointe de l’Aiguillon.
  • Les cordons de galets : entre la Pointe St-Clément et la Pointe de la Pelle.

La Baie a été reconnu par le classement du site en réserve naturelle nationale, co-gérée par l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) et la LPO (Ligue Pour la Protection des Oiseaux). Ainsi, suivant la saison et au gré des marées, diverses espèces se côtoient en parfaite harmonie entre vasière et flore typique de prés-salés.


La Pointe de l’Aiguillon

Dunes à la Pointe de l'Aiguillon
Dunes à la Pointe de l’Aiguillon

Cette Pointe sableuse située à l’extrême sud de la côte, offre une richesse paysagère admirable.

Autrefois une protection pour les navires installés à l’ouest, dans la Rade de l’Aiguillon désormais asséchée, la Pointe de l’Aiguillon est une véritable rupture entre le marais et la mer. Les promeneurs sont charmés par cet espace maritime où cohabitent dunes (classées en Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope), vasières et prés salés.

Site remarquable situé en plein axe migratoire, la Pointe de l’Aiguillon ravit les vacanciers par le spectacle extraordinaire qu’offrent chaque année plus de 400 000 oiseaux migrateurs !


Site de migration ornithologique

Havre de paix pour des dizaines de milliers d’oiseaux migrateurs et hivernants, la Baie de l’Aiguillon constitue un des premiers sites français pour l’accueil des oiseaux d’eau.
Calme et patience vous permettront sûrement d’observer en milieu naturel de nombreux oiseaux migrateurs et nicheurs tels passereaux, canards, rapaces et autres échassiers des vasières, vacant à leurs occupations. En Automne, la Pointe de l’Aiguillon devient un lieu de passage incontournable pour les oiseaux migrateurs longeant le littoral vers leurs quartiers d’hiver africains.

Sur ce site d’importance nationale en ce qui concerne la migration des passereaux, l’équipe des bénévoles, en charge du comptage, de la LPO Vendée vous accueille tous les matins du 1er septembre au 30 novembre afin de répondre à vos questions et vous faire découvrir ce superbe spectacle.


Camp de migration à la Pointe de l'Aiguillon. © Julien Sudraud
Camp de migration à la Pointe de l’Aiguillon.
© Julien Sudraud

Observer les oiseaux de la Baie

De nombreuses espèces d’oiseaux des plus communs aux plus discrets font une halte à la Pointe de l’Aiguillon et plus largement dans la Baie de l’Aiguillon.

Les oiseaux s’y installent pour nicher, marquent une halte dans leurs migrations ou prennent leurs quartiers d’hivernage.
C’est ce qui fait de la Baie de l’Aiguillon et de la Pointe de l’Aiguillon des sites remarquables et internationalement reconnus des ornithologues.

A chaque saison ses caractéristiques

Certaines espèces d’oiseaux ne sont présentes que quelques mois ou lors d’une saison.

  • En fin d’été, début d’automne, vous pourrez observer de nombreux oiseaux venus de l’Europe du Nord qui profitent de conditions favorables qu’offre la Baie pour y faire une halte de quelques jours. C’est à cette période de l’année que la LPO établit son camp de migration à la Pointe de l’Aiguillon pour le comptage annuel.
  • Tout l’hiver, vous observerez plusieurs milliers d’oiseaux d’eau (limicoles essentiellement) sédentaires, en hivernage ou en migration.
  • Au printemps, vous pourrez admirer le retour de nombreux migrateurs venus d’Afrique qui s’établireront dans la Baie de l’Aiguillon (ou plus largement dans le Marais Poitevin) pour nicher.
  • En été, l’observation devient plus difficile, vous pourrez malgré tout assister à l’apprentissage des jeunes nés au printemps tels que les cigogneaux, les hirondelles, ou encore les gorges bleues à miroir.

Bien préparer, pour bien observer

 Voici quelques conseils pour optimiser votre confort d’observation et identifier au mieux et facilement les oiseaux présents dans la Baie de l’Aiguillon, voici quelques conseils :

  • Prévoyez une tenue adaptée à la météo en cours et/ou prévue surtout en cas de pluie, puisque la Pointe de l’Aiguillon n’a pas de sites abrités,
  • Vous pouvez vous munir d’ouvrages spécialisés pour reconnaitre les oiseaux observés, ainsi que d’une paire de jumelles pour identifier chaque détail de l’oiseau aidant à la reconnaissance,
  • Prévoyez vos visites à marée montante ou descendante, l’idéal étant les heures précédant ou suivant la marée haute, munissez vous donc des horaires de marée.

Des animations à la volée

Tout au long de l’année, la LPO Vendée vous propose des animations pour découvrir le phénomène qu’est la migration ainsi que ce milieu floristique et faunistique de la Pointe de l’Aiguillon si précieux aux oiseaux.

L’été des sorties vous sont proposées les mardis et jeudis matin où vous découvrirez d’autres sites tels que la Lagune de la Belle-Henriette, le Rocher de la Dive ou à la Réserve Naturelle de Saint Denis du Payré.

Le Camp de Migration

En automne, un camp de migration s’établit depuis 1996 à la Pointe de l’Aiguillon.

Des centaines de bénévoles venus des quatre coins de France et d’Europe y ont séjourné, pour observer et compter les oiseaux migrateurs. Il a lieu du 1er septembre au 30 novembre, du lever du jour jusqu’à 13 heures environ, tous les jours ! L’observation de la migration se fait à partir de la plage à l’extrémité de la Pointe, qui offre un très large champ de vision. Environ 75 espèces sont comptabilisées en migration, principalement des passereaux.

Un coordinateur, ornithologue confirmé, est donc là pour transmettre ses connaissances et permettre aux débutant de progresser rapidement dans la reconnaissance des espèces. Pensez à vos paires de jumelles !

A l’occasion des Journées du Patrimoine, la LPO et l’Office de Tourisme vous propose une initiation à l’observation des oiseaux.